Les actus

Décès de l'alpiniste Maurice Herzog

C'est avec tristesse que le Groupe de Haute Montagne a appris le décès de Maurice Herzog, ancien Président du Groupe de 1951 à 1956.

Célèbre pour son ascension exceptionnelle de l'Annapurna en 1950 en compagnie de Louis Lachenal, il avait écrit le récit de cet exploit collectif piloté par Lucien Devies depuis la France dans un des livres les plus vendus au monde: Annapurna 1er 8000. L'argent issu de cet ouvrage contribua pendant des décennies à financer d'autres expéditions lointaines organisées par la FFM et le GHM, jusque dans les années 80. Revenu mutilé par de graves gelures, il embrassa au retour de l'Annapurna une carrière prestigieuse, comme secrétaire d'état au sport, maire de Chamonix, et membre du CIO. Il relate ses souvenirs dans L'Autre Annapurna (Robert Laffont) puis dans Renaître (Jacob Duvernet, 2007).

Son ascension a donné lieu à diverses polémiques qui n'ont jamais cessé depuis la sortie en 200 de l'ouvrage de David Roberts aux Editions Michel Guérin, Annapurna, une affaire de cordée. Beaucoup a été écrit, pour faire de l'argent sur le dos des protagonistes de cet exploit sportif.

Récemment, L'alpiniste Henri Sigayret, qui a lui-même atteint le sommet de l'Annapurna, a fait un point détaillé sur cette saga (voir lien ci-dessous).

Comme le dit sa filleule, Marie-Laure Tanon, fille de Lucien Devies, qui lui reconnaît pourtant "quantité de défauts", "démolir Herzog fait vendre aujourd'hui". "Le point commun de ces critiques est de réécrire l'histoire de l'Annapurna à la lumière de ce qu'il est devenu ensuite, analyse-t-elle. C'est une erreur classique et complète. Herzog a été un remarquable chef d'expédition, il a maintenu l'unité de l'équipe alors que le pari était limite. Personne n'aurait été surpris s'ils avaient échoué. C'est lui qui avait la foi."

Il ne faut pas oublier que cette première ascension d'un sommet dépassant 8000 mètres a été effectuée presque en technique alpine, alors que toutes celles qui ont suivi l'ont été en technique très lourde. Cela renforce encore plus la qualité de cet exploit pour l'époque. Au-delà de toute polémique, lors du cinquantenaire de l'expédition, l'écrivain, alpiniste et membre du GHM Pierre Chapoutot estimait pour sa part que "le récit de Maurice Herzog a lui-même désigné les vrais héros : ce sont Terray et Rébuffat, sans qui les vainqueurs du sommet n'auraient jamais survécu"

 


Cliquer ici pour accéder au lien de l'actu.



Actu proposée par Yves PEYSSON

Mise en ligne le vendredi 14 decembre 2012 à 13:46:46

Ces actus peuvent vous intéresser

  • Début
  • Précédent
  • Suivant
  • Fin