Les actus

CONFÉRENCES AU MAJESTIC (Chamonix): Tom de Booij et les lignes inédites de Lionel Terray

Article dans la Dauphiné Libéré. Dimanche 15 juillet 2012 page 9

Chacun sait que l'emblématique guide chamoniard Lionel Terray est l'auteur d'un très grand livre de montagne :"Les conquérants de l'inutile".Mais, qui sait que l' alpiniste chamoniard n'avait pas tout couché sur son livre, pressé par son éditeur ? À sa mort, son client mais surtout grand ami, Tom de Booij, a trié ses papiers et, à la demande de la veuve de son ami, les a religieusernent conservés puis retranscrits.


Sa vie, c'était la montagne

On retrouve parmi ces écrits on publiés, des petites perles comme ce commentaire sur le drarne de Vincendon et Henry, en décembre 1956 et plus précisément le fiasco de leur sauvetage imputé notamment par le guide au "complexe d'infériorité envers la montagne hivemale, dont souffrent beaucoup de guides". Et plus loin, acerbe contre le comité de la Compagnie des guides qui etait en doute son travail au sein de la société de secours: '[ ... ]loin d' être les papes de la montagne, les membres du comité sont pour la plupart des guides qui n'ont qu'une médiocre expérience de la montagne, surtout enhiver [ ...] et même n'y ont pas mis les pieds depuis des années." Tom de Booij, alpiniste émérite puisqu'il a ouvert avec Terray le nevado Huantsan nord (6.395m, au Pérou), fut le confident épistolaire du Chamoniard. «Avec ses tournées de conférences incessantes, il était extrêmement stressé, à tel point qu'il en était devenu dépressif. Il osait se confiait à moi .. Lui, ne se sentait vraiment vivre que loin des foules et enmontagne."

À la mort accidentelle de Lionel Terray le 19 septembre 1965, Tom de Booij et Jean Franco sont montés au col des Montets. Tom a choisi une pierre pour en faire la stèle de Terray, au cimetière du Biollay. « Il y avait un surplomb sur cette pierre. C' est en rocher que Lionel était le moins fort, je me suis dit qu'il pourrait s'entrainer. Encore maintenant, je pense à lui presque chaque jour".

Philippe GORTAY

Repères

Ces conférences sur la montagne, Claude Marin y tient beaucoup. C'est une façon de faire le lien entre l'histolre de la montagne et la pratique actuelle ; le moyen auss ide faire connaïtre ce monde minéral aux touristes de passage au pied du mont Blanc. Le cycle deconférences pour cet été commencera demain par la vie de l'un des plus emblématiques guides de Chamonix, Lionel Terray, raconté sur le thème "Terray en montagne, ses amis racontent".

Et pour raconter le grand alpiniste, Tom de Booij se souviendra de son ami, d'anecdotes aussi incroyables qu'inédites sur la façon dont Terray vivait "sa" montagne. « C'était un homme, pour qui l'importance était que tous ceux qui partaient avec lui arrivent au sommet. Et s'il y , avait une première à la clé, il préférait renoncer totalement au sommet si l'un de ses compagnons, ne pouvait plus avancer! »


____________

Article dans le Dauphiné Libéré. Jeudi 19 juillet 2012 page 8


Quelle belle soirée que celle de lundi soir proposée par Claude Marin et la marie de Chamonix, au Majestic, dans le cadre des conférences sur la montagne.

C'est une salle comble qui est unie le temps d'une soirée consacrée.à Lionel Terray, et à travers lui, aux exploits humains des grandes expéditions du siècle dernier. En présence de ses fils Antoine et Nicolas, de son grand ami Tom de Booij qui partagea ses tendres souvenirs avec un humour à la hauteur de l'amour qu'il porte pour toujours à son camarade de cordée, de Chrtstophe Profit qui s'en l'avoir connu confia que le parcours de Lionel Terray « me fait rêver et me donne de la force en montagne lorsque je dois me dépasser », et de bien d'autres ont venus présenter l'homme, le passionné, l'humaniste, l'homme de sagesse, l'alpiniste de haute voltige

Une soirée trop courte pour un homme d'exception

Au cours de la soirée, les témoignages se sont succédé, mêlés aux extraits des films des expéditions légendaires avec ou, menées par Lionel Terray, montrant à quel point c'était un hormue d'exception. Une seule soirée pour raconter tant d'exploits, menés sur une décennie, sembla bien courte surtout avec la présence de certains actèurs de ces exploits. La conférence se clotura sur un moment de choix avec a projection d'extrait, du film de 1'expédition de 1962 sur le "Jannu" au Népal, filmé et commenté en direct. par René Vernadet, témoin de cette aventure qui mena les alpinistes à 7710m d'altitude sur un sommet si étroit qu'il était impossible de s'y croiser. De cette expédition, Lionel Terray et Jean Franco en diront: "Mais, au-delà du vocabulaire, il y a l'esprit. Peut­on vraiment considérer le Jannu, si redoutable soit-il, comme un ennemi que l'on pourfend après l' avoir investi ? Si cela est vrai, l'alpinisme se déforme singulièremênt au-delà des mers". "Les sanctions de notre sport, ses pénalités, disait Murnmery ne doivent pas le transformer en une épreuve surhumain, telle que les guerres modernes en font subir aux combat tants. Et comme fort heureusèment, ceux qui partent en expédition n'ont pas l'air de martyrs, on peut conclure aux termes abusifs". Après cette soirée consacrée à Lionel Terray, laissons lui le mot de la fin: " Je savoure les dernières minutes qui nous séparent de ce sommet car ce qui compte, c'est le chernin qui mènè au sommet".Fabienne CORDI

Ses plus belles expéditions

C'est devant une salle toujours émue par tant d'audace, de maîtrise et de courage que l'on revit les plus belles expéditions. Tout d'abord, victoire en 1950 sur l'Annapurna dont Lionel Terray écrit « jamais de ma vie, j'aurais imaginé que tant de beauté ne puisse exister sur cette terre ». Puis victoire en 1952 sur le Fitz Roy en Argentine au cours de laquelle avec de Booij, ils durent évoluer de grottes en grottes de glace pour affronter des vents d'une violence inouïe. S'en suivi la victoire en 1955 sur le Makalu au Pérou, mission française montée faute d'avoir, eu le temps de vaincre l'Everest. Enfin, victoire en 1962, sur le Nilgiri, sommet dans la région de l' Annapurna, avec la première expédition franco-hollandaise montée par les deux acolytes, Terray et de Booij, qui ont créé des stages de formation pour rendre autonomes les alpinistes hollandais.

Cliquer ici pour accéder au lien de l'actu.



Actu proposée par Yves PEYSSON

Mise en ligne le jeudi 26 juillet 2012 à 09:03:11

Ces actus peuvent vous intéresser

  • Début
  • Précédent
  • Suivant
  • Fin