Les actus

Disparition de Serge Coupé

Serge Coupé nous a quitté le 14 avril 2020.

C'est un ami et un camarade très cher à chacun d'entre nous qui est parti discrètement, comme il l'avait toujours souhaité, même si les circonstances actuelles que nous impose la pandémie ne lui offraient pas d'autre alternative.

Serge avait déjà laissé ses quatre vingt dix ans derrière lui depuis quelques années.

La solidité de sa constitution, qui lui avait permis ses plus grands exploits alpins et les sauvetages des plus physiques de son époque, l'avait peu à peu abandonnée, conséquence de l'age et de plusieurs accidents domestiques. Mais jusqu'à il y a peu, bavarder avec lui au sujet de la période 1940 / 1970 était la plupart du temps beaucoup plus enrichissant que Wikipédia.

Sa culture, sa connaissance du milieu de l'alpinisme, en faisait une source inépuisable d'informations.

Son verbe était sans concession et la langue de bois au même titre que le politiquement correct lui était inconnus.

En revanche le sommet du Makalu lui était connu pour l'avoir foulé avec ses coéquipiers lors de la première ascension en 1955.

L'Oisans l'aura vu passer partout, pour mémoire :

- à la seconde ascension de la face nord du Rateau en 1952;

- au Dôme de Neige des Ecrins pour la première solitaire de la Mayer

- Dibona en 1956;

- à l'Ailefroide où il ouvrit le Pilier diagonal en face NW en 1957.

Sa situation professionnelle ayant évoluée les aléas de la haute montagne devinrent incompatibles avec ses nouvelles responsabilités à l'Office HLM de Savoie. Il se retourna alors vers les grandes falaises du Vercors et de la Chartreuse ouvrant les premières grandes classiques de difficulté qui allaient s'avérer d'incontournables expériences vers le haut niveau pour toute les générations futures.

Serge était un leader naturel, au travail, en montagne, ses capacités d'analyse, son esprit d'entreprise lui faisaient prendre les bonnes décisions et firent merveilles tout au long de sa carrière. Serge était dans la maîtrise de ce qu'il faisait.

Je ne sais pas où ce dernier passage le conduit, peut être vers son copain André Viallatte dont il me disait toujours le plus grand bien ? A coup sûr son esprit ne cessera de côtoyer le nôtre.

J'exprime au nom de tout les camarades du GHM nos plus sincères condoléances à son épouse, sa fille, son fils et toute sa famille.
Jean-jacques Prieur
Secrétaire Général du GHM


Cliquer ici pour télécharger Dauphiné Libéré du 16 avril 2020



Actu proposée par Jean Jacques PRIEUR

Mise en ligne le mercredi 15 avril 2020 à 00:25:52

Ces actus peuvent vous intéresser

  • Début
  • Précédent
  • Suivant
  • Fin