Les actus

Les montagnes s'écroulent !!!

11 septembre 2011, les Drus subissent leur n-ième éboulement ! Rien à voir avec un autre 11 septembre de sinistre réputation... Presque chaque année, un pan de cette montagne mythique s'écroule, emportant avec lui une part de l'histoire de ce fabuleux sommet. Exit le pilier Bonatti, la célèbre directissime. Même la directe américaine est touchée sur cinquante mètres, à deux pas de la face Nord. La voie Allain sera-t-elle touchée ? Les spécialistes en ont bien peur. L'un d'entre eux, Ludovic Ravanel, guide chamoniard a compilé les éboulements du massif du Mont-Blanc au cours des 150 dernières années, et a cherché à comprendre ce qui transformait nos plus belles parois en vilain tas de cailloux... ! Une thèse de qualité, primée à trois reprises ! On le soupçonnait depuis longtemps, mais le réchauffement climatique est pour quelque chose dans ce processus. Dans les années 40, lorsqu'il faisait presque aussi chaud qu'aujourd'hui, les éboulements étaient plus fréquents. La corrélation est maintenant évidente, mais il fallait le prouver. Maintenant c'est fait grâce au travail de Ludovic Ravanel ! Mais comme le réchauffement s'accélère à l'échelle du globe, et est presque deux fois plus important dans l'arc alpin, quid de nos sommets les plus élancés ? On peut se poser réellement la question en tant qu'alpiniste ! Babanov avait réussi à ouvrir une nouvelle voie dans la face Ouest des Drus, en plein milieu de l'éboulement de 1997. Depuis, celle-ci a de nouveau disparu... Le pilier Carpentier au Grand Charmoz et ses célèbres fissures Dülfer s'est aussi évanoui, il y a quelques années de cela ! Le monde alpin est ainsi de plus en plus éphémère, mais aussi dangereux. Au-delà des petites chutes de pierres qui peuvent avoir des conséquences tragiques, les gros éboulements peuvent aussi emporter des amoureux de la montagne, comme ces skieurs, balayés par l'avalanche venant de l'éperon de la Brenva, alors qu'ils étaient sur la rive opposée où s'est déroulé l'éboulement ! Celle-ci est remontée sur plus de 400 mètres, à faire froid dans le dos. On ne compte pas non plus les refuges à deux doigts de basculer dans le vide, les infrastructures de téléphérique en grand danger, et même l'emblématique Aiguille du Midi.... est source de préoccupations. Certes l'aiguille sommitale est encore dans la zone gelée en permanence (permafrost) mais pour combien de temps encore ? (Les clichés sont tirés de la thèse de Ludovic Ravanel qui est en lien).

Cliquer ici pour accéder au lien de l'actu.




Actu proposée par Yves PEYSSON

Mise en ligne le dimanche 04 décembre 2011 à 19:09:30

Ces actus peuvent vous intéresser

  • Début
  • Précédent
  • Suivant
  • Fin