Les Dossiers du G.H.M.

Lieu: Pologne

Date: 2020-09-01

Confidentiel: Non


Objet :

Ce texte n'est pas un essai cinématographique. Son but : rendre accessible l'oeuvre de Krzysztof Zanussi s'agissant de ses film dans lesquels apparaît le sujet de l'alpinisme.


Note :

Krzysztof Zanussi est un cinéaste, réalisateur et scénariste polonais. Aux côtés de Kieslowski, Polanski, Wajda et Zulawski, Zanussi est sans doute le metteur en scène polonais le plus connu au monde, le plus primé aux festivals de cinéma en Pologne ainsi qu'à l'étranger. Ses créations furent récompensées entre autres à Cannes, Locarno et à la Mostra de Venise.

Zanussi est un artiste mais il n'a pas le look décontracté de Fellini, Polanski ou de Wajda. Il a plutôt l'allure d'un diplomate ou d'un PDG: toujours en costume-cravate.

Ce réalisateur naît à Varsovie en juin 1939. Son nom italien n'est pas un hasard - il est le descendant de la branche polonaise de la famille du célébré industriel italien, séparée à la fin de l'empire des Habsbourg qui s'étendait entre l'Italie du nord et le sud de la Pologne actuelle.
Dans une récente interview pour la télévision polonaise, Zanusssi raconte :
« À 20 ans, j'étais invité par ma famille lointaine en Italie pour rejoindre l'entreprise familiale en plein développement. J'avais quelques secondes pour réfléchir. Je savais que j'aurais pu avoir une vie confortable et un compte en banque conséquent. Je savais aussi ce que je voulais faire : devenir metteur en scène. Je les ai remercié poliment et suis rentré en Pologne. Je crois ainsi avoir sauvé ma vie ».

Zanussi étudie la physique à l'Université de Varsovie puis la philosophie à l'Université Jagellonne de Cracovie. Puis il passe avec succès le concours d'entrée à la fameuse l'école de cinéma de Lodz - selon Polanski la meilleure l'école dans cette branche au monde. Après avoir obtenu son diplôme en 1967, il dirigera le groupement des cinéastes polonais TOR (RAIL en français).

L'oeuvre de Zanussi est une cinéma de réflexion, dit également « cinéma d'inquiétude morale ». Le réalisateur polonais aborde les problèmes moraux de l'homme, tels l'amour, la fidélité, la trahison, la corruption ou la mesquinerie. Zanussi ne donne jamais la solution. Les gens qui ont vu ses films sont bouleversés par la similitude de ses scénarios avec la vraie vie. Zanussi choque et éblouit car hormis ses scénarios poignants, il se réfère souvent dans ses ouvrages à la science : la physique, les mathématiques ou la médecine.

Certaines scènes de ses films sont crues : les cadavres découpés, les organes humains disséqués sont montrés en gros plan. D'autres scènes sont entrecoupées par les allocutions de vrais médecins, de scientifiques et de philosophes.

À l'issue de ses film Zanussi obtient son résultat : les spectateurs, en les regardant, ressentent la « catharsis » voulue par les auteurs des tragédies grecques. Cela peut arriver à tout le monde - se disent-ils. Personnellement j'étais très bouleversé en regardant le film « Le contrat », l'histoire d'un mariage de jeunes gens vivant dans la société polonaise de la corruption et de l'hypocrisie. Ce mariage est condamné à l'échec, il s'achève pratiquement pendant les noces. En le regardant j'avais l'impression de revoir quelques passages de ma vie en Pologne.

Krzysztof Zanussi, comme certains parmi les grands réalisateurs, reste fidèle à ceux qui l'ont accompagné dans son oeuvre depuis ses débuts de cinéaste. Maja Komorowska et Zbigniew Zapasiewicz jouent dans la plupart de ses films. Il a également ses cameramans préférés : Slawomir Idziak et Edward Klosinski. Le compositeur presque attitré de Zanussi, c'est Wojciech Kilar, après Krzysztof Penderecki le plus connu des représentants de l'école polonaise de la musique contemporaine. La musique sublime de Kilar augmente considérablement l'impact de ses films.

La plupart des films de Zanussi sont disponibles en version anglaise et française sur les sites marchands. Certains film sont disponibles sur Internet uniquement en version originale.

Parmi les films notables de Krzysztof Zanussi je ne citerai que quelques oeuvres : « Derrière le mur », « La structure de cristal », « La vie familiale », « L'Illumination », « Camouflage », « Le grand galop », « La Constante », « La vie comme maladie mortelle sexuellement transmissible ».

Ce qui m'a intrigué depuis longtemps, ce sont les origines du sujet « Alpinisme » dans les film de Zanussi. Il y a quelques jours j'ai eu l'honneur de parler avec le grand réalisateur polonais au téléphone. J'en ai profité pour lui poser quelques questions à ce sujet :
-Piotr Packowski : Monsieur Zanussi, d'où vient le thème de l'alpinisme dans quatre de vos films ? Avez-vous pratiqué cette discipline ?
-Krzysztof Zanussi : Non, cela ne m'a jamais intéressé. Je dirais que ce fut un hasard. Comme vous le savez, j'ai étudié la physique. J'ai alors cherché à comprendre la vie humaine comme un scientifique désireux de résoudre un problème. Dans mes films je me réfère souvent aux sciences. L'alpinisme fait aussi partie des expériences de l'homme.
-PP : Alors la rencontre avec Andrzej Galinski et Jerzy Surdel, qui ont tourné des scènes d'alpinisme de vos films, n'était que la suite de ce hasard ?
-KZ : Pas tout à fait. Une fois le scénario écrit, il fallait monter une équipe. Il s'avérait qu'à l'école de Lodz se trouvaient les deux étudiants-alpinistes que vous évoquez. Il fallait également un consultant d'alpinisme pour assurer la logistique montagnarde. On m'a alors présenté Andrzej Zawada, futur leader des expéditions polonaises et déjà à l'époque alpiniste chevronné. Je lui ai fait jouer un rôle dans « Les montagnes au crépuscule ». En principe les comédiens de mes films n'ont jamais pratiqué l'alpinisme. Sauf les figurants dont plusieurs sont de véritables alpinistes polonais.
-PP : Le choix de Stanislaw Latallo pour le rôle principal dans «Illumination» ?
-KZ: Staszek était mon étudiant à l'école de Lodz. Il s'avère que c'est lui qui convenait le mieux pour le rôle principal de Franciszek Retman. Après le tournage il a pris goût à la montagne.
-PP : Merci beaucoup Monsieur Zanussi

« Les montagnes au crépuscule » (Gory o zmierzchu) 1970, court-métrage en noir et blanc

Un professeur à la retraite, jadis grand alpiniste, vient régulièrement dans les Tatras pour commémorer l'anniversaire de la mort de son compagnon de cordée. Cette fois il est accompagné de deux alpinistes : Andrzej (Andrzej Zawada) et Jarek (Marek Perepeczko). Jarek est un jeune médecin qui gagne à peine sa vie dans le secteur public de la santé en Pologne. Influencé par sa femme (Maja Komorowska), il doit profiter de l'excursion en montagne pour demander au professeur un coup de pouce concernant sa carrière de chercheur en biologie. Jarek essaie d'aborder le professeur en lui posant une question quelconque. Après la course le professeur s'isole en récitant quelques vers de l'Odyssée. Puis il se tourne vers Jarek : « Vous avez voulu me poser une question, il me semble ? ». Jarek n'osera jamais. Dans ce court-métrage le réalisateur nous montre quelques scènes d'escalade dans un terrain peu difficile. Le scènes de montagne sont tournées dans le couloir de Mnich. Les plans d'intérieur au refuge de Morskie Oko. Les scènes de montagne sont tournées par Jerzy Surdel et Andrzej Galinski. Ce film est disponible sur Internet uniquement en version originale.

lien pour voir le film en version originale : cliquez ici!! 

« Illumination » (Iluminacja) 1973, Léopard d'or au festival de Locarno en 1973, long-métrage

C'est un film semi-expérimental. Au début l'illustre philosophe polonais Tatarkiewicz explique en quelques mots la théorie d'illumination augustinienne : « On acquiert la vérité par l'illumination de l'esprit. C'est simple et immédiat comme les yeux qui aperçoivent la réalité ».

Le rôle du héros principal est joué par Stanislaw Latallo, brillant lauréat de l'école et déjà cinéaste. Franciszek Retman veut comprendre la vérité. Pour cela il s'inscrit à la faculté de physique de l'Université de Varsovie. Mais pendant une visite médicale obligatoire on détecte chez lui un grave problème de vue. Il devra porter à vie des lourds verres progressifs, aussi pour percevoir la vérité. Franciszek pratique l'alpinisme. Plusieurs scènes d'escalade sont tournées sur les parois près du refuge de Morskie Oko dans les Tatras.

Andrzej Zawada mobilisa alors plusieurs grimpeurs pour jouer dans le film. Quelques belles scènes sont tournées, pendant un bivouac notamment. Mais le lendemain, le jour du Lundi de Pâques, une catastrophe arrive. Une cordée ne rentre pas de la montagne. Dans la soirée les sauveteurs de la GOPR (Secours bénévole des Tatras) ramènent au refuge un cadavre. Pendant la nuit Franciszek va voir le défunt, pour comprendre la vie et la mort.


A la fin du film, après une vie mouvementée et quelque part ratée il retourne au refuge. Pour lui les Montagnes c'est la source de savoir. A-t-il trouvé la vérité en sagesse ?

Après le tournage Latallo participera, de même que l'assistant-opérateur Jerzy Surdel, à la première expédition hivernale himalayenne sur le Lhotse organisée par Zawada. Il meurt sur les pentes de la montagne. Au sujet de Stanislaw Latallo et de Jerzy Surdel voir aussi sur le site du GHM : Dossier du 27 juin 2019, ainsi que l'Actu du 17 décembre 2018.

« Spirale » (Spirala) 1978, Prix du Jury oecuménique et Prix de la mise en scène au festival de Cannes en 1978, long-métrage

C'est le deuxième long-métrage du réalisateur polonais tourné partiellement en montagne. Zanussi renoue ses liens avec Zawada pour organiser les scènes de tournage à Morskie Oko, fief de l'alpinisme polonais.
C'est l'histoire de Tomasz Piatek, interprétée par Jan Nowicki, un homme aisé qui a souvent voyagé à l'Ouest. Il arrive près du refuge avec sa voiture occidentale. Il jette les clés du véhicule dans un torrent.
On comprend vite que c'est un homme condamné, « abonné » à la mort. Il se fait passer pour un alpiniste, emprunte une corde pour une escapade hivernale. Après avoir agressé plusieurs grimpeurs il se retire puis dans la nuit disparaît. Le lendemain on s'aperçoit de son absence et une équipe de grimpeurs part à sa recherche. En vain. un jour plus tard il est localisé sur une vire. Les sauveteurs le retrouvent dans un état critique. Un hélicoptère intervient. Tomasz est rapatrié à l'hôpital. Il n'a pas réussi son pari ? mourir dignement en montagne.



Dans ce film nous assistons au combat d'un homme condamné. Zanussi montre les scènes de sauvetage en montagne, hélitreuillage ainsi que la recherche des victimes en avalanches. Les belles images aériennes sont tournées en hélicoptère.

« La Constante » (Constans) 1980, Prix du Jury et Prix du Jury oecuménique au festival de Cannes en 1980, long-métrage

Pour l'heure, c'est le dernier rendez-vous de Zanussi avec la Montagne. Dans ce film Tadeusz Bradecki joue le rôle de Tadeusz, fils d'un alpiniste disparu en Himalaya. Tadeusz est un jeune homme naïf et honnête. Il est passionné par les chiffres et les mathématiques. Il croit que la vie se déroule selon des règles calculables. Il suit des cours de mathématiques comme auditeur libre car il n'a pas les moyens d'entreprendre des études. Instructeur d'alpinisme il s'engage dans les commandos de l'armée polonaise où il entraîne les soldats.

Puis grâce aux relations de son père il finit par trouver un job bien payé : l'organisation de foires internationales aux quatre coins du monde pour l'industrie polonaise communiste. Il démasque vite les malversations financières de ses supérieurs, devenant vite une bête à abattre. Son rêve de partir en Himalaya se brise. En partance pour le Népal il est arrêté à l'aéroport de la capitale polonaise suite au coup monté de ses adversaires. Il finit comme cordiste sur les immeubles délabrés de Varsovie.

Dans « Constante » les scènes d'escalade sont tournées sur les montagnes qui culminent autour du refuge de Morskie Oko. Les scènes de travaux sur corde dans la partie finale du film sont tournées à Varsovie.

Merci à Anna Ostalska de Studio Filmowe « TOR » et à Grzegorz Skorupski de l'Institut d'Adam Mickiewicz à Varsovie pour m'avoir facilité le contact avec Krzysztof Zanussi.

Pour les captures d'écran : © Studio « TOR »



Dossier proposé par Piotr PACKOWSKI
Mis en ligne le mardi 01 septembre 2020 à 16:24:45

Ces dossiers peuvent vous intéresser

  • Début
  • Précédent
  • Suivant
  • Fin